La traduction de bande dessinée du français vers d’autres langues européennes : Ce qu’un traducteur doit-il considérer ?

La traduction de bandes dessinées dans une langue différente présente diverses complexités que l’on ne trouve pas normalement pendant la traduction d’un roman ou d’un ouvrage textuel. Il ya beaucoup de problèmes supplémentaires qui se posent que le traducteur et le graphiste doit travailler à résoudre, telles que l’utilisation de petits espaces, les références culturelles et la représentation précise de divers sons. L’objectif principal est de recréer la bande dessinée dans la langue cible sans perdre l’humour ou la signification originale. Ce blogpost réfléchira sur certaines des questions dont nous avons discuté cette semaine dans la classe de BD. Il identifiera également des exemples pertinents que j’ai trouvés en ligne.

Premièrement, en étudiant le Quai d’Orsay en classe, nous avons abordé les sons onomatopéiques dans la bande dessiné. C’est seulement une façon dont les bandes dessinées diffèrent des œuvres textuelles parce que les traducteurs doivent considérer la façon de traduire les différents sons dans la langue cible. Il faut garder à l’esprit que les sons que nous faisons ne sont pas représentés de la même manière dans d’autres langues. (J’étais tellement étonné quand je découvris pour la première fois que les Français n’entendent ‘quack-quack d’un canard, mais ils entendent ‘coin-coin à la place – La joie de l’apprentissage des langues !). Cela ne se limite pas aux sons des êtres vivants mais aussi aux sons généraux de la vie quotidienne. Voir ci-dessous quelques exemples que j’ai trouvés dans Astérix gladiateur. Ils sont le même son, mais la représentation linguistique est différente.

21

 

4                     3

Deuxièmement, le traducteur doit envisager l’utilisation de références culturelles qui pourraient perdre sens si elles sont directement traduites dans la langue cible. Dans une interview avec un traducteur allemand de bande dessinée, Ulrich Pröfrock décrit les références à la culture quotidienne comme la difficulté principale dans la traduction comique. Pour résoudre ce problème, il dit « En general, la meilleure solution consiste à regarder les informations véhiculées par les dessins en question et à tenter de trouver des références similaires. C’est pourquoi il est si essentiel pour un traducteur de bandes dessinées d’être un lecteur avide de bandes dessinées. Le chose important est de toujours garder une trace de toutes les images qui apparaissent sur une double page, parce que c’est ce qui dicte le flux narratif et le rythme. » (www.goethe.de) En outre, lorsqu’il mentionne les limites de l’espace, il dit: « Il va sans dire que les traducteurs de bandes dessinées doivent se limiter à l’espace effectivement disponible. Parfois, le problème d’une traduction plus longue peut être résolu en utilisant une police de caractères plus petite. L’empiétement sur les dessins est tabou. »

Pour conclure, il est évident que les traducteurs sont confrontés à des défis lors de la création de bande dessinée dans une langue différente. Ces défis sont souvent uniques à bande dessinée. La traduction est beaucoup plus que de prendre le texte de la langue originale et de la convertir en prose lisible dans un autre : Le sens de base de la pièce doit être maintenue dans la langue de destination, tout en étant empathique à ses nuances culturelles et / ou linguistiques. Sinon, le texte est lu de manière non naturelle. Pröfrock, dans son interview, explique qu’il ne peut pas gagner sa vie par la traduction littéraire parce que la paye est minable et cela prend trop de temps. Il le fait pour la passion des langues et des bandes dessinées. Sans les gens comme Pröfrock, qui consacrent beaucoup de temps et d’énergie à la traduction, la littérature y compris bande dessinées ne serait accessible qu’à ceux qui parlent la langue dans laquelle le texte original a été produit.

 

Références :

https://www.slideshare.net/afvh/04-asterix-the-gladiator-1962

http://n1other.hjfile.cn/st/2016/08/23/ff90c09bec3490f225319072a2ea253a.pdf

http://www.goethe.de/kue/lit/prj/com/ccs/csz/en15774039.htm

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s